dimanche, août 29, 2010

Défense et Illustration du Streetstyle

On a reçu il y a quelque jours un commentaire auquel on voudrait réagir,
C'est avec beaucoup de diplomatie et de gentillesse que Lisssa nous a laissé ce petit mot:

non mais vous vous rendez pas compte que tous les "street styles" que vous proposez dans ce blog se ressemblent comme deux gouttes d'eau et comme deux gouttes d'eau à la collection H&M 2009-2010? c'est juste pitoyable les amis, si vous voulez du "fashion forward" allez voir ce qui se passe en dehors de votre sphère bobo-vintage coincée du cul genre récup, fait moi même et acheté pas cher (on vous croit), le tout mixé sauce déjà vu. Et non je suis pas une rageuse, j'aime la mode, la vraie, pas celle qu'on vend dans marie claire, assez de toute cette merde conformée qu'on voit à tous les arrêts de bus, manquerait plus que ça que je reçoive vos trucs sur mon ordi aussi! Alors au lieu de faire toute la ville appareil photo au poing pour trouver la prochaine miss photocopie qui sera en première page de tous-pareils-c'est-tellement-rassurant magazine, essayez de faire un truc valable, et d'essayer de voir la VRAIE trouvaille, celle qui ne sera pas dans vogue avant l'année prochaine ou celle d'après, mais certainement pas celle d'avant ni celle de maintenant. Et ça, ça peut tout aussi bien être sur ta boulangère que sur ta caissière de supermarché (n.b : qu'elle fasse 150 kilos ou 40, peu importe.) Mais c'est trop pas hype pour vous hein? Allez je vous laisse faire joujou, y avait de l'idée.



Alors chère admiratrice, (oui tu essayes de nier derrière une façade de reproches mais on voit bien qu’au fond tu nous adores et que c’est un déclaration d’amour maladroite que tu nous fais là , c’est très touchant)

Comme on est über hypes, on encaisse la critique, oh oui ,et même, on y répond, on est même tellement des choutes qu’on va t’expliquer certain concepts qui semblent t’être un peu passés par dessus la tête :

Alors d’abord tu aimes la mode c’est bien ça, très bien :D tu aimes même la VRAIE mode, ouhh là on se sent un peu inférieures avec notre petit blog…Mais on voudrait juste savoir ce que tu entends par « la vraie mode » parce que, si je ne m’abuse la mode n’est que la « manière temporaire et COLLECTIVE de faire, de penser (de s’habiller) ». Alors, là où on ne te suit pas trop, c’est que nous reproches de prendre des gens qui sont tous habillés pile poil pareil, attention tu pèses tes mots , comme des gouttes d’eau, et en fait c’est un peu le concept de la mode..Sinon on aurait baptisé notre blog « Brussels marginal flu » (mais ça sonne bof hein) On peut comprendre que ça hérisse des gens ce manque d’originalité, que ça leur rappel les uniformes nazi et tout plein d’horreurs comme ça. Mais ces personnes là ne se retrouvent pas sur le blog, ou elles le désertent vite puisque c’est pas leur tasse de thé..Ca nous va. On ne va pas voir leur blog de jardinage ou de scrapbooking non plus, chacun sa passion ;)

Mais toi, tu aimes la mode…Alors peut être que notre blog est un peu en manque de sacs griffés, de semelles rouges, que sais-je, de tout-frais-descendu-des-podiums quoi…Excuse nous du peu. Et c’est pour ça qu’il y a marqué en dessous de BrusselsFashionFlu :
streetstyle : style de rue (sans vouloir offenser ton anglais)
Et, hélas, les gens ne viennent pas étudier à l’ULB en combinaison Armani fluorescente … Et là je rebondi là dessus pour expliquer un peu le concept du blog. On ne prend pas les gens pour ce qu’ils portent mais pour la façon de le porter…Il n y a absolument aucun intérêt à photographier une fille avec une robe magnifique, on ne récompense pas les gens pour leur bon goût et la prouesse d’avoir acheté une belle pièce, sinon on irait tout de suite chez le designer du vêtement en question, ce dernier ayant beaucoup plus de mérite. Ce qui nous intéresse c’est la création dans la façon d’agencer les pièces (même banales de la collection FW H&M) la manière inhabituelle de combiner plusieurs motifs, d’une façon osée, des gens justement qui portent ce qu’ils aiment sans avoir peur d’avoir des remarques et, souvent même, on prend des gens qui n’ont pas fait attention, n’en touchent pas une en mode mais qui ,dans leur allure, attirent l’attention…
C’est justement très « bobo vintage coincé du cul » de critiquer H&M, je trouve en fait… Mais je suppose que, toi, tu ne portes que tes propres créations cousues main avec du tissu récupéré chez les Petits Riens, non ?

Alors ok, on s’est déjà rendu compte que notre blog faisait un peu vitrine à Zara et H&M, d’ailleurs on ne demande jamais le détail des marques au gens qu’on photographie, comme certains streetstyle blogs le font…tout simplement parce un sarouel c’est un sarouel, qu’il vienne d’un marché au Maroc ou de la dernière collection d’une grande maison de couture italienne ça nous est complètement égal, nous on veut voir comment les gens le portent, avec quelles chaussures, quels bijoux, les couleurs… Il a beaucoup plus de mérite à réussir une tenue originale avec des vêtements que tout le monde porte qu’en arborant la dernière création hors de prix d’un styliste halluciné et mégalo…mais ce n’est que notre point de vue. C’est un peu ça l’idée : la mode, le style c’est peut-être simplement porter la même chose que tout le monde en arrivant à sortir du lot et se démarquer.

Au passage il faudra quand même que tu nous explique où se trouvent les jupes au rayon homme H&M, ainsi que les tabi boots… ce sont deux exemples très parlants de tenues « Marie Claire » qui ne prennent pas risque, ça c’est certain^^

Et alors pour ton histoire de boulangère qui pèse 150 kg…on a pas compris mais t’as surement raison ! On fait une putain de discrimination en prenant nos photos à Flagey, oulah que c’est snob !


En passant, on serait très curieuses de savoir ce que toi tu fais de valable, à part poster des commentaires bien sûr. Parce que notre blog, après tout, il est peut être aussi nul et sans intérêt que tu le décris, mais ça prend du temps et on y gagne pas grand chose, c’est juste du partage. Et comme on dit « deux cons qui marchent avancent plus vite qu’un intellectuel assis" … Médite un peu et n’hésite pas à revenir nous cracher ta haine donner un avis pertinent et encourageant…

Je terminerai par ce qui aurait pu suffire comme réponse « si tu n’aimes pas ce qu’on fait, on ne t’oblige pas à nous visiter »

Allez c’est sans rancune, et ça nous permet d’un peu parler de nos motivations pour le blog ce qu’on avait jamais pris le temps de faire.

BFF's

On the bus

Mer du Nord


I tought I hated clogs, those unwearable/farm girl look like things, then I saw these beauties! Aren't they gorgeous? Hey, you change your mind too, don't you? ^^

Souvenez-vous , les sabots on était plutôt contre... jusqu'à ceux-ci! Alors est-ce qu'ils ne vous font pas aussi envie, hmm, avouez-le?! :D

vendredi, août 27, 2010

Flagey

mercredi, août 25, 2010

mardi, août 24, 2010

samedi, août 21, 2010

Héros

vendredi, août 20, 2010

jeudi, août 19, 2010

ULB





Yes, it's a girl crush! ^^

Céline, 23 ans, étudiante en psychologie.

mardi, août 17, 2010

ULB

dimanche, août 15, 2010

Prêtes à lacher vos killershoes pour l'escarpin qui fait son grand come back??



Votre compagne de toujours la killershoes a du souci à se faire, l’automne sera minimaliste parole de Wintour, alors rangez clous, sequins, centimètres indécents et architectures folles et dites oui à l’escarpin racé et …minimaliste. Est-ce dû à la crise économique ou à la révérence tirée un peu tôt du maitre absolu de la killershoes AKA Alexander McQueen ? On n’en sait rien mais ce qui est sûr c’est que les fashionistas ne devront plus faire de folies de leurs chevilles et de leurs orteils pour avoir la fashion-conscience tranquille, parce que l’escarpin sage et classique refait surface et va détrôner l’extravagance shoesesque de ces dernières saisons. Que les grandes perches et accro de la basket ne crient pas victoire trop vite, on a quand même dit escarpin pas Uggs (Pouaaah vade retro! ). Il y a peu de chance d’y gagner en confort, d’autant plus que des killershoes dignes de ce nom peuvent parfois s’avérer pas-trop-martyrisantes pour la voûte plantaire (en tout cas pour faire taxi/front row- front row/taxi- et claquer la bise à Anna et Carine). Cependant, en plus de se dépouiller et de s’assagir , la chaussure dégringole d’un étage, exit les gratte-ciels et bienvenue au petit talon ...sage. Kitten heels pour les intimes anglophiles…Mais la démesure et l’extravagance ne sont-elles pas à la mode ce que le sucre est au cappucino du matin ? Pâââs bien mais sans, c’est plus pareil. Alors certes, avec l’escarpin qu’Isabel Marant propose dans sa dernière collection, le risque d’attirer les foudres des pudibonds de la tendance est moindre, on ne vous regardera plus comme une Lady Gaga qui aurait donné du speed à son styliste … Mais alors où est la folie qui fait pétiller la mode dans tout ça ? Quand y a pas d’indécence y a pas de plaisir… Là c’est un peu comme si on devait troquer notre Batmobile pour une Polo…Si on doit adopter les silhouettes casual qu’on nous annonce pour l’automne, laissons au moins nos pieds se dévergonder.. Et puis avouons-le, les killershoes c’est la bonne planque pour cacher qu’on a un peu forcé sur le cointreaupolitan, mettre les pertes d’équilibre sur le dos des talons vertigineux ça c’est la classe féminine!



Les étalages de chaussures excentriques vont donc doucement faire place à des rangées d’escarpins soignés et propres sur eux,alignés comme des petits soldats. Le retour du classique va remballer le grotesque, le too much, l’übercool, l’excentricité et le fun !
Alors je vous le demande: Au placard les Killershoes? Larguez Lady Gaga et tout feu sur Michelle Obama, c’est un peu l’idée (notons qu’on a aperçu des Martin Margiela aux pieds de la first lady donc ne lui jetons pas tout de suite la pierre mais avouons qu’on s’ennuie un peu…elle n’a pas opté pour les tabi non plus)


"I would hate for someone to look at my shoe and say, 'Oh my God! That looks so comfortable!' That's not what I want to project. But I'm not a sadist. I don't believe suffering makes you beautiful. But comfort is not part of my creative process. "
(vous ferez passer le mot à vos chevilles !)

Who said Killershoes?

vendredi, août 13, 2010

Brussels Summer Festival





jeudi, août 12, 2010

mercredi, août 11, 2010

ULB

dimanche, août 08, 2010

Place Sainte-Catherine

Le syndrome de la brosse à dent...(et le hot butt qui va avec)

On le sait, oui le sait parce nos magazines nous le rabâchent depuis des années, le matin en se brossant les dents on devrait contracter les fesses, « c’est une super technique pour se muscler sans s’en rendre compte » explique Cosmo, « oh oui « renchérit Glamour. On sait qu’ils ont raison et pourtant on ne le fait pas, pourquoi ? Bah oui pourquoi, c’est pas comme si on avait mille trucs trop intéressants à faire en se brossant les dents, et pourtant…D’abord on oublie, bah oui on a peut être pas mille trucs à faire mais bien mille trucs à penser (se remémorer notre rêve avec Johnny Depp compte aussi)
Parfois on y pense, on est motivée, alors on contracte 2 fois dans un effort intense et puis ça nous saoule et on arrive à la conclusion qu’on les aime comme elles sont nos fesses (temps de paix très éphémère, La guerre reprendra à l’étape enfilage de jeans qui suit le brossage de dents).
Dans le même genre de conseil de « oh bah ça alors je me muscle sans m’en rendre compte », les magazines prônent vivement l’utilisation des escaliers à la place de l’ascenseur (vilain ascenseur, monte charge de dinde en surpoids piouu pas pour nous les super nanas qui font de la gym l’air de rien… ) Alors c’est vrai, rien à y redire, se taper 3 volées d’escaliers marque indubitablement plus de points niveau brûle-calories qu’appuyer sur le bouton de l’ascenseur. Mais ça c’est la théorie parce que niveau pratique on oublie un paramètre assez dissuasif : les 20 centimètres qui séparent nos talons du sol, provoquant une inclinaison du pied fort peu propice au sport (à la marche aussi en fait)…Alors à la fin d’une journée quand nos pieds et notre dos (parfois même les orteils s’y mettent) se rebellent contre le dictat du stilleto, et nous font payer notre soif d’élévation plantaire à coup de cloches et ampoules. Eh bien je dis fuck aux « fesses d’acier » et « cuisses fuselées » et Go prendre l’ascenseur pour un étage et même pas avoir honte (même combat pour la station de métro «descendez une station plus tôt, marcher vous fera du bien et ça va vous donner le corps de Kate Moss blablabla » ouai vu la qualité de l’air en ville c’est surtout ses poumons dont on va hériter) Alors pour la jambe fuselée on va simplement acheter des talons encore plus hauts, l’effet sera le même niveau galbe de mollet et surtout c’est moins fatiguant)

Dernier petit truc de « oups, où est ce que j’ai bien pu perdre toutes ces calories, je n’ai pourtant pas été à mon cours de pilates ?? » c’est encore cette histoire de contraction de fesses mais cette fois dans le métro, oui dans le métro non plus on a rien à faire alors pourquoi ne pas rentabiliser le temps et se faire bootilicious ?? Ok, génial, moi ça me va de contracter les fesses au milieu d’inconnus (ou pire de pas inconnus), j’assume aussi les regards lubriques du clochard dans le coin,…Non mais c’est vrai pourquoi on s’énerve encore à aller se ridiculiser en salle de sport en baskets et tout alors que c’est tellement simple et discret d’expédier ça dans la salle de bain et dans le métro en passant tout à fait inaperçu (ou pas).




Les magazines regorgent de supers idées du genre… si on les écoutait on serait toutes des bombasses et, à nos copines (forcément moches et obèses parce qu’elles n’ont pas lu l’article « le sport l’air de rien ») on répondrait avec un air ingénu « moi musclée, oh je sais pas, je ne fais pas particulièrement de sport...je dois avoir un bon métabolisme ».
Mais on ne le fait pas et on sait très bien que les filles qui pondent ces articles ne le font pas non plus…C’est humain, c’est le même phénomène qui nous pousse à tous nous ruer dans les magasins le 24 décembre à 15h alors que –là encore- les magazines nous conseillent de « faire notre shopping noël toute l’année, comme ça notre compte en banque ne vire pas systématiquement au rouge fin décembre et on est sure d’avoir des vrais cadeaux personnalisés… » Mais QUI fait ça franchement ?? On a autre chose à faire qu’acheter des cadeaux…Genre faire l’ouverture de H&M le jour de sortie de la collection dont il nous faut absolument toutes les pièces sinon on va mourir…Mais c’est pas pareil (et là c’est notre compte en banque qui s’allège sans s’en rendre compte)

samedi, août 07, 2010

vendredi, août 06, 2010

mardi, août 03, 2010

Flagey

lundi, août 02, 2010

L’enfer des cabines d’essayage




Dans le top 3 des situations humiliantes en cabine le célèbre « çapassepas » . Vous ne comprenez pas, c’est votre taille et vous n‘avez pas particulièrement abusé de chocolat cette semaine (bon avouons vous n’avez pas particulièrement abusé de sport non plus) tout devrait aller, ça devrait passer comme une lettre à la poste…Et rien à faire, vous ne rentrez pas dedans, ça bloque désespérément. Mais vous n’êtes pas du genre à lâcher si facilement, vous en faites une question d’honneur ! Vous rentrerez dans cette foutue robe coûte que coûte. Bon ça ne passe pas par le bas, qu’à cela ne tienne, vous allez la faire passer pas le haut, vous n’êtes peut être pas une fan de sport mais ça c’est mieux que la gym acrobatique, vous vous contorsionnez, rentrez le ventre, les fesses tout ce que vous pouvez pour que ce fichu truc paaasse. Vous êtes à bout de force, un bras passé dans le col, ça fait un mal de chien et vous avez une crampe au mollet mais au moins vous avez réussi à passer une épaule victorieuse , vous y êtes presque, vous tirez de toutes vos forces, faites la sourde oreille aux craquements de protestation du tissu qui s’étend…Mais là vous êtes bien forcée de vous rendre à l’évidence…non seulement vous ne rentrerez jamais dans cette robe (vous venez d’ailleurs de décider qu’elle est moche) mais pire encore, vous êtes …coincée dedans. Marche arrière toute ! Vous battez en retraite et tirez à présent dans touts les sens pour en sortir, vous pédalez dans l’air avec vos bras, manquez de peu de voler la tête la première dans le miroir quand ce dernier vous renvoie votre image pas très glamour : vous êtes toute rouge, vous suffoquez n’en pouvez plus, la robe elle, ne bouge plus, elle est coincée dans vos bourrelets. C’est la catastrophe. C’est dans cette position des plus gracieuses que vous évaluez rapidement la situation ainsi que les solutions qui s’offrent à vous : la déchirer pour vous libérer ou aller demander de l’aide au monsieur qui tient les cabines…La première est risquée, vous allez être trahie par l’énorme « shkriiik » du tissu déchiré et si vous vous faites prendre vous allez être obligée de payer pour un truc en lambeaux (ça c’est pas grave vous pourrez toujours dire que vous adorez Balmain)mais vous ne rentrez quand même pas dedans donc c’est pas la peine . La seconde solution est, quant à elle, juste trop humiliante et hors de question, vous préférez encore vous faire hara-kiri avec votre talon aiguille que vous taper la honte de déambuler dans le magasin les fesses à l’air et la robe coincée entre votre nez et vos oreilles… Il y a quand même un happy end à ce genre de péripétie, en effet vous étiez tellement empressée d’essayer la robe que vous avez plongé dedans sans remarquer qu’il y avait une fermeture éclair sur le coté. Ouf .


En seconde position, il y a les cabines mal équipées, vous êtes déjà contrariée quand il n y a pas de tabouret pour poser votre sac (et vos fesses quand vous remettez vos chaussures) mais le pire ce sont les magasins qui ne jugent pas utile de placer un miroir dans chaque cabine, s’imaginant que la grande glace murale à l’extérieur suffit. Comme si on était dans une sorte de communauté délurée de hippies heureuse et fraternelle, sauf que vous n’avez pas forcément envie de vous livrer aux habituelles contorsions pour checker votre cellulite et sa visibilité dans ce mini short devant tout le monde, non vous préférez faire ça à l’aise planquée dans la cabine. Ou les jeans, vous n’avez aucune idée du rendu qu’il a sur vous, vous sortez plus au moins confiante et puis vous apercevez votre reflet et découvrez que ce jeans vous rajoute au moins 3 kg dans chaque cuisse, vous vous enfuyez dans la cabine avant d’avoir eu le temps de mieux regarder et d’évaluer si une tunique ou des talons auraient pu arranger l’affaire… c’est oppressant, tout le monde vous regarde. Et puis sortir de la cabine c’est aussi se jeter dans la gueule des grandes méchantes vendeuses qui vont vous donner leur avis que vous n’avez pas demandé. Et c’est triste à avouer, mais les « avec des yeux comme les vôtres c’est la couleur parfaite » ou « c’est fou ce que ça vous affine ! » marchent toujours avec vous, même pour le jeans elle trouveront des arguments « ok il ne met pas la silhouette en valeur mais la coupe est tellement géniale qu’elle donne une dégaine stylée à n’importe quelle tenue » merde, c’est vrai ça. Elles connaissent leur métier…il fallait rester dans la cabine planquée et utiliser la bonne vieille technique du mms à la best friend qui vous aurait directement répondu un « lol » ou un « mdr » hilare qui aurait confirmé votre première impression et ce traitre de jeans aurait atterri sur la tringle de la non moins traitresse vendeuse.

Mais supposons que vous ne soyez pas seule, et ayez amené quelqu’un avec vous pour affronter H&M et son univers impitoyable… Au choix votre mère, une copine, votre chéri.
Le rapport mère/fille pendant le shopping est très particulier, proche de la période de gestation (remplacez le cordon ombilical par la carte de crédit ! muahaha) quoiqu’il en soit ce rapport est propre à chaque binôme mais il y a quand même certaines habitudes qu’ont toutes les mères en tête de peloton : tirer brusquement le rideau de la cabine en demandant si « ça va » sans prévenir alors que vous êtes à moitié à poil , elles le font toutes c’est une calamité ! Avec la meilleure amie, là aussi ça varie de celle qui vous envoie chercher un 38 puis un 36 et finalement ressort avec un 40 en pleurnichant qu’elle est « trop obèse snif viens on se casse de ce magasin d’anorexiques », à celle qui a un avis sur tout, de préférence pas le même que vous et vous casse dans toutes vos aspirations à l’originalité, en passant par la radine qui trouve tout trop cher et vous fait culpabiliser …Mais n‘oublions pas celle avec qui vous hurlez de rire dans les cabines en essayant des horreurs (et la magie des cabines qui fait que parfois des horreurs importables se transforment en La pièce maitresse de votre garde robe, parce qu’ elle rend pas pareil sur vous que sur le cintre –après tout c’est logique vous êtes mieux foutue qu’un cintre quoi !-) pour ce qui en est du chéri, vous avez de la chance si il porte les sacs sans broncher, ne se montre pas excédé de fatigue après 2 magasins et reste calme pendant votre fameuse traque de cellulite dans la cabine . Mais, entre nous, les magasins ne sont pas l’habitat naturel du chéri et il vaut mieux le laisser en dehors de ça le pauvre(et comme ça il arrête de vous traiter de psychopathe en découvrant le prix de chaussures, parce qu’il comprend pas que celles là vous les aimez d’Amour Pur et Sincère et qu’il vous les faut absolument, contentez vous de lui montrer les chaussures après avoir jeté l’étiquette et si il s’enquiert du prix, un « je sais plus mais pas beaucoup » avec votre plus beau sourire devrait faire l’affaire.